Theme Settings

Mode Layout
Curent color
Active color
Choose your colors
Curent Color:
Réinitialiser

Sortez dans la rue comme dernière ressource

25/11/2020

Les associations hôtelières de Gipuzkoa et de Biscaye, ainsi que les associations professionnelles du reste de la chaîne de valeur de l'hôtellerie, ont dû recourir à une mobilisation sectorielle dans la rue pour se faire voir et entendre comme un secteur économique et social.

Sortez dans la rue comme dernière ressource

Le secteur de l'hôtellerie basque a été sollicité pour faire un nouvel effort, le énième maintenant, sans qu'il soit accompagné d'un plan de sauvetage global par la personne qui en fait la demande. La seule chose que nous avons reçue jusqu'à présent, ce sont des correctifs, sinon des insultes au Parlement de la part de qui devrait diriger le redressement de ce pays.

Nous exigeons que le plan de sauvetage de l'hospitalité basque soit intégré dans le débat sur le budget 2021. Un plan de sauvetage qui doit bénéficier du soutien financier de toutes les institutions basques. Gouvernement, communes et conseil municipal ..., bien que ces derniers soient sans aucun doute ceux qui ont fait preuve le plus de sensibilité et de proximité avec le secteur. Un plan de sauvetage complet, mené par nos institutions, qui comprend:

1.- La modification du système actuel des ERTE, de sorte que les frais de sécurité sociale soient exonérés à 100% et les salaires des travailleurs complétés à 100%. Leur extension doit durer jusqu'à ce que les entreprises récupèrent au moins 75% du chiffre d'affaires de l'exercice 2019, nécessaire pour garantir la survie des entreprises et des emplois. Nos entreprises fournisseurs et leurs travailleurs doivent également être pris en compte dans ce domaine, car leur chiffre d'affaires a également été sérieusement affecté et ils ont besoin de ces mesures: ils dépendent dans une large mesure du secteur de l'hôtellerie et de leur secteur.

2.- L'intégration d'aides directes, non remboursables, qui servent à indemniser les entreprises des pertes générées depuis le début de la pandémie (pertes de fournitures, fournitures, loyers, hypothèques, etc ...). Les 187 millions d'euros chiffrés il y a 2 mois sont restés insuffisants en raison de la fermeture de l'hôtellerie décrétée début novembre. Ces aides doivent servir à garantir la survie des entreprises et l'emploi de nos travailleurs. Dans le cas spécifique du sous-secteur de la vie nocturne, qui a été celui qui a subi le plus de restrictions depuis le début de la pandémie, des aides supplémentaires doivent être fixées pour compenser ses pertes et payer les mesures de sécurité particulières qui devront être mises en œuvre. quand vous permet de reprendre l'activité.

3.- La révision de la réglementation locative, qui considère les circonstances d'un état d'alarme, de couvre-feu ou d'une réglementation similaire, comme des circonstances permettant:

- L'élimination totale du paiement des loyers pendant les périodes de fermeture totale des établissements

- La réduction proportionnelle du paiement des loyers, pendant les périodes de fermeture des plages horaires ou de limitation des usages et de l'activité des établissements.

4.- Adoption de mesures qui impliquent la réduction de la charge fiscale supportée par les entreprises et les indépendants, comme la suppression en 2020 et 2021 des taxes communales directement liées à l'activité (terrasses, ordures) et la réduction et le report des impôts (IAE, IBI, etc, ...).

5.- L '«oxygénation» temporaire de l'hôtellerie dans nos villes et villages par la révision et la flexibilité de la réglementation municipale des terrasses. Accélération des processus de réponse aux demandes de nouvelles terrasses ou d'extensions existantes. Révision temporaire des règles de mobilité et d'accessibilité qui facilitent l'incorporation de terrasses «attachées à la façade» et sur la route dans nos rues et places.

6.- Toujours au niveau communal, la rationalisation des processus d'octroi des permis de construire et des changements d'activité pour la réforme des établissements visant à les adapter à la nouvelle normalité et la suspension temporaire de l'expiration des permis d'activité (6 mois d'inactivité) .

7.- Promouvoir des actions pour réactiver la demande:

- Engagement de réduction des taxes à la consommation, TVA à 4%.

- Ne pas lever d'impôts directs ou indirects qui nuisent à la capacité de réactivation et à la compétitivité internationale de notre industrie.

- Stimuler les investissements pour attirer le MICE et le tourisme de loisirs.

Enfin, nous demandons que la réouverture de l'hôtellerie et de la restauration se fasse dans des conditions qui leur permettent de fonctionner correctement et de mener des activités peu rentables. L'industrie hôtelière n'est pas responsable de la situation sanitaire, elle a pris soin de se conformer aux protocoles et recommandations et, au contraire, c'est le seul secteur économique presque entièrement fermé. Cela affecte également les limitations de mobilité, de sorte que le sous-secteur de l'hébergement et le reste des entreprises liées plus directement au monde du tourisme peuvent à nouveau fonctionner avec un minimum de normalité.

commentaires

laisse ton commentaire